"Storie Alfa Romeo", sixième épisode: le Spider Duetto à la conquête d’Hollywood

 

Un destin hollywoodien

«C'est une voiture qui pardonne beaucoup. Et très joli en plus. » Ainsi s’exprimait à propos du Duetto un gentleman driver d’exception, le légendaire acteur Steve McQueen, lorsqu’à l’été 1966, il avait été invité à essayer le Spider italien avec d’autres amis amateurs de vitesse par le magazine Sports Illustrated. Avec ces quelques mots, Steve McQueen résumait parfaitement l'esprit du Duetto et le caractère unique d'Alfa Romeo : plaisir de conduire et beauté pure.

De fait, son opinion faisait autorité. Steve McQueen était un collectionneur de supercar et un pilote habile qui avait terminé deuxième de sa catégorie lors des 12 heures de Sebring en 1970, en compagnie de Peter Revson.

Un an plus tard, le jeune Dustin Hoffman conduisait un Duetto à toute vitesse accompagné par la musique de Simon & Garfunkel dans le célèbre film le Lauréat (The Graduate). Des images devenues mythiques dans l’histoire du cinéma et préfigurant toute une série d’apparitions au grand écran ou à la télévision pour le Duetto qui allait devenir culte.

 

La Bella Signorina

Un concours de style allait être mis en place entre les deux créateurs majeurs du moment : Bertone et Pinin Farina. Bertone présenta une vision extrême, fille du concept "2000 Sportiva" de Franco Scaglione : avant pointu, phares profilés et ailerons arrière. La proposition de Pinin Farina, dessinée par Franco Martinengo fut finalement retenue en raison de l'élégance et de l'équilibre classique de ses formes.

La Bella Signorina (la belle jeune femme), comme l'appelait Pinin Farina, disposait au départ d’un pare-brise panoramique et de vitres latérales coulissantes. Pas non plus de poignée à l'intérieur de la porte : à la place, une corde permettait d’activer l'ouverture. Par la suite, un pare-brise classique, des fenêtres latérales descendantes, des panneaux de porte équipés, un toit en toile, des poignées extérieures et de nouveaux intérieurs allaient faire leur apparition.

Polyvalente, jeune, rapide. Et belle. Elle est ainsi devenue un symbole de réussite sociale : aimée des célébrités, désirée de tous.

 

Made in Italy

Alfa Romeo voulait marquer les esprits. Ainsi, pour le lancement aux États-Unis, elle allait organiser une croisière transatlantique de luxe, invitant les célébrités les plus exclusives du monde du spectacle, du sport et de la mode. Près de 1300 VIP étaient présents à bord, dont Vittorio Gassman, Rossella Falk et la soprano Anna Moffo.

Pendant toute la croisière, trois exemplaires du nouveau Spider étaient exposés directement sur le pont du navire : un vert, un blanc et un rouge. En soulignant à plusieurs reprises le caractère italien de son produit, Alfa Romeo allait anticiper le mode de communication orientée sur le «Made in Italy» de plus d'une décennie.

 

"Duetto" ou "Os de seiche"?

Trouver un nom pour le modèle est une histoire en soi. Un concours avait été organisé en collaboration avec tous ses concessionnaires européens. "Duetto" remportait les suffrages mais un problème de droits se fit jour (à cause d'un biscuit au chocolat du même nom), ce qui a nécessité de lancer la voiture sous le nom d’Alfa Romeo Spider 1600.

Le nom Duetto allait néanmoins rester en arrière-plan pour prendre place dans la mémoire des Alfistes et devenir le surnom de cette génération de modèle. D'autres surnoms allaient s’y ajouter : le Spider de 1966, le premier de la série et dernier chef-d'œuvre de Battista Pinin Farina était également appelé "Os de seiche" en raison de sa forme ellipsoïdale, à l'avant et la proue arrondis, les côtés convexes et la ligne de caisse abaissée.

Avec ses quatre générations, le Duetto a été produit à plus de 124 000 exemplaires en 28 ans : il s’agit de la plus longue durée de vie parmi toutes les Alfa Romeo.